Douze nouvelles – Dino Buzzati

73307913_2725244204195041_7707289649844060160_n.jpg

Résumé :

Cette série bilingue italien/français propose 12 nouvelles de l’auteur Dino Buzzati :

  • Denuncia del reddito / La déclaration de revenus
  • Non è mai finit / Ça n’est jamais fini
  • Delicatezza / Délicatesse
  • Cenerentola / Cendrillon
  • Il buon nome / L’honneur du nom
  • Dal medico / Chez le médecin
  • Vecchia auto / Vieille voiture
  • La farfalletta / Le petit papillon
  • Tre storie del Veneto / Trois histoires de Vénétie
  • L’elefantiasi / L’éléphantiasis
  • L’ubiquo / L’ubiquiste
  • L’uovo / L’œuf

Mon avis :

Pour le Pumpkin Autumn Challenge, j’ai voulu m’attaquer à un genre que je lis peu : la nouvelle. Il ne s’agissait pas d’un simple recueil de nouvelles mais d’une édition bilingue italien/français que j’avais achetée il y a plusieurs années. 

Tout d’abord, concernant la forme de cette édition, je n’ai pas vraiment accroché. J’avais beau avoir envie de lire le texte italien d’abord, je me retrouvais toujours face à la lecture en français…. Je pense qu’il vaut mieux que je lise un livre directement en langue étrangère plutôt que de choisir l’option bilingue qui, finalement, ne me convient pas du tout ! – Je suis d’ailleurs très preneuse de retours d’expérience sur cette question, peut-être avez-vous des techniques pour réussir à apprécier les livres bilingues ? – J’avais aussi acheté, il y a quelque temps, The Great Gatsby de F. Scott Fitzgerald de la collection Harrap’s où le texte est seulement en anglais et certains mots sont définis en anglais. Je pense qu’il faudrait que je tente cette lecture pour voir si j’apprécie mieux de cette façon.

S’agissant des nouvelles, j’ai beaucoup aimé lire ce recueil car il y mêle différents genres : fantastique, futurisme, réalisme, etc. Je conseille fortement ces différentes nouvelles qui sont toutes merveilleusement bien menées et surtout parfaitement écrites.

Il est très difficile de faire une chronique sur un recueil de nouvelles, notamment celui-ci, car elles sont toutes d’un genre différent et elles sont chacune très courtes. Il est donc impossible de juger le recueil dans son ensemble mais très difficile de présenter quelques nouvelles car on a forcément envie de raconter la chute. Je vais néanmoins essayer de présenter deux nouvelles que j’ai beaucoup aimées.

  • Trois histoires de Vénétie

C’est une nouvelle où on peut lire 3 histoires fantastiques. La première, La Tour, raconte l’histoire d’une maison hantée avec une chute qui m’a un peu effrayée (je l’ai lue la nuit je précise et je suis une grande froussarde….). La deuxième, La magicienne, met en avant des pouvoirs et elle fait beaucoup sourire. Enfin, la troisième, Le sosie, m’a aussi fait un peu peur mais c’était très touchant.

  • L’oeuf

Il s’agit de l’histoire d’une servante qui amène sa petite fille à une chasse aux oeufs destinée aux riches. La chute est exceptionnelle et pleine de morale et de réflexion. Je l’ai beaucoup apprécié, elle est touchante.

Note : ★★★★☆

Avez-vous déjà lu des livres bilingues ? Cela vous convient-il ? Aimez-vous l’auteur Dino Buzzati ? Racontez-moi touuuut ! 🙂

Léa

Aspirine tome 2 -Joann Sfar

70477831_451507008788811_1288844399047868416_n

Résumé :

Quelques mois ont passé depuis la première aventure d’Aspirine et de ses complices. Ils connaissent mieux leurs pouvoirs, ils apprennent à maîtriser leur rage. Aspirine se défoule notamment dans son journal intime. Elle et Yidgor y vivent des aventures lugubres et dangereuses, l’une d’elles consiste à racheter des morts fraichement pendus pour les réanimer et leur confier une mission des plus complexes… voler une larve de Dieu qui organise des séances de jouvence nauséabondes pour ses adorateurs. Alors que tous les candidats échouent, Dick, un gosse des rues, sorte de gavroche désespéré et couturé y parvient. Mais il ne se satisfera pas de son rôle de sous-fifre et fera tout pour récupérer son âme détenue par Yidgor. Ajoutez à ça un occultiste qui se la joue Belle au bois dormant et une momie ivre… Aspirine et ses amis ne veulent pas qu’on les traite de super-héros, ils considèrent qu’ils sont des méchants face à des personnes encore plus méchantes ! Comment tout cela ne finirait-il pas dans un bain de sang ?

Mon avis :

Quoi de mieux qu’un Joann Sfar pour Pumpkin Autumn Challenge ?! La couverture, le thème et l’histoire sont parfaits pour cet automne… (j’avais d’ailleurs lu le premier tome dans le cadre du PAC 2018).

Après avoir offert, il y a quelque temps, le tome 1 à ma belle-mère, elle s’est empressée d’acheter le tome 2 à sa sortie. Voulant connaître la suite des aventures d’Aspirine, je lui ai emprunté dès que j’ai pu.

Les dessins sont toujours aussi beaux, mystérieux, sombres mais avec une douceur inexplicable. Les dialogues sont, eux aussi, toujours aussi piquants, drôles et délicieux ! Joann Sfar a su continuer à m’enchanter avec son univers bien à lui.

S’agissant de l’histoire, je l’ai beaucoup plus appréciée que celle du tome 1. Il y avait énormément d’action, Aspirine et sa soeur, Josacine, sont vraiment présentées comme des femmes fortes, indépendantes, intelligentes (surtout Aspirine) et terriblement décidées à arriver à leurs fins.

Ce qui change dans ce tome c’est que le récit nous est présenté sous la forme du journal intime d’Aspirine. J’ai vraiment apprécié ce côté là et les petites digressions qu’elle peut faire lorsque sa soeur l’interrompt dans son écriture.

Si vous aimez Joann Sfar ou simplement les dessins et univers cauchemardesque, je vous le conseille fortement.

Note : ★★★★★

Connaissez-vous cette BD ? En avez-vous lu d’autres de Joann Sfar ?

Léa

La brigade des cauchemars – Franck Thilliez et Yomgui Dumont

69814330_433332160861836_6454844127967182848_n

Résumé :

Tristan et Esteban, deux adolescents de 14 ans, font partie de la brigade des cauchemars. Ils viennent en aide aux enfants et les débarrassent de leurs cauchemars en découvrant la source. Une jeune fille, Sarah, est admise à la clinique et ils doivent intervenir. Mais Tristan est troublé, il l’a déjà vue et ne se souvient pas où.

Comme c’est un livre que nous avons toutes les deux lu, je vous laisse découvrir mon avis et celui d’Alice… 🙂

L’avis de Léa :

Voici une BD qui rentre particulièrement bien dans le Pumpkin Autumn Challenge (elle est d’ailleurs dans la PAL de Guimause).

Je connaissais Franck Thilliez pour ses thrillers mais pas pour ses BD, j’ai donc été intriguée lorsque ma soeur, Alice, l’a reçue pour son anniversaire et que j’ai lu son nom.

Après l’avoir lu, elle me l’a prêté en me disant qu’il était très bien et qu’il y avait de belles planches (je lui fais confiance sur cette question car elle est très sensible à cette question).

En effet, les dessins sont particulièrement beaux et intrigants. La majorité de l’histoire se passe dans le cauchemar d’une enfant, Sarah, et cette sensation se retrouve dans les planches. En réalité, le docteur Angus, qui élève Tristant et Esteban, a créé une machine permettant à ces deux jeunes d’entrer dans les rêves d’autres enfants pour qu’il n’ait plus ces cauchemars.

De plus, la BD aborde des questions importantes en passant par les rêves, c’est donc très intéressant. On y parle des angoisses que les enfants peuvent avoir et de comment, en mettant des mots dessus, on peut s’en débarrasser.

J’aimerais beaucoup lire les tomes suivants !

Note : ★★★★☆

Connaissez-vous cette saga ? Avez-vous lu un des tomes ?

Léa

L’avis d’Alice :

J’ai eu ce livre à mon anniversaire et je l’ai lu aussitôt. Au début de l’histoire tout va bien, mais c’est quand même mystérieux. Je découvre petit à petit ce qui se passe, le livre fait un peu peur car les couleurs sont sombres mais il y a certains moments rigolos.

Je vous conseille ce livre remplit de beaux dessins.

Note : ★★★★★

Capture d_écran 2018-09-23 à 19.38.00

La monde de Narnia Tome 1 – C.S Lewis

69779081_467331927443246_8558841043116621824_n

Résumé :

Polly trouve parfois que la vie à Londres n’est guère passionnante… jusqu’au jour où elle rencontre son nouveau voisin, Digory. Il vit avec sa mère, gravement malade, et un vieil oncle au comportement étrange. Celui-ci force les deux enfants à essayer des bagues magiques qui les transportent dans un monde inconnu. Commence alors la plus extraordinaire des aventures…

Mon avis :

Avec la période d’examens et le Pumpkin Autumn Challenge, j’avais envie de commencer ce challenge par un roman court, le tome 1 de Narnia fut parfait.

A part Harry Potter, j’ai rarement lu de fantasy dans ma vie, je ne pensais donc pas que Narnia me plairait beaucoup. J’ai été étonnée car j’ai adoré !

On suit les aventures des jeunes Polly et Digory qui vont être transportés dans d’autres mondes inconnus à cause (ou grâce) de l’oncle magicien de Digory. Le narrateur est omniscient et possède un regard comme l’aurait un caméraman sur chacun, j’ai presque eu parfois la sensation de voir un film durant ma lecture. D’autant plus que le livre était illustré, cela devait contribué à cette sensation. C’était nouveau mais très agréable. Cela m’a rappelé des souvenirs car quand j’étais petite, j’attendais avec impatience les pages « où il y avait des dessins ».

Le côté fantastique est très bien mené, les animaux qui parlent, les mondes qu’on découvre, la magie qui règne tout au long du livre sont présentés avec parcimonie et douceur donc, pour quelqu’un comme moi qui n’est pas adepte du genre, c’est très facile d’accès et cela donne envie de continuer à découvrir la fantasy. Si vous avez des livres à me conseiller, je suis preneuse.

J’aurais aimé découvrir ce livre un peu plus jeune pour le relire aujourd’hui, je conseille donc de l’offrir à de jeunes lecteurs ou de se l’offrir aussi si on ne le connaît pas encore.

Note : ★★★★☆

Avez-vous lu ce tome ? Ou vu le(s) film(s) ? 🙂

Léa

My Pumpkin Autumn Challenge 2019 !

Aujourd’hui, commence le Pumpkin Autumn Challenge auquel je participe. J’avais déjà fait celui de l’année dernière que j’avais adoré. Cela va donc devenir un challenge annuel pour moi !

69153453_719053798538075_1640433922296774656_o

Comme les années précédentes, le Terrier de Guimause nous a concocté de superbes menus et sous-catégories. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse découvrir les modalités sur son blog et sur sa sur sa chaîne youtube.

Sinon voici déjà un aperçu :

prc3a9sentation-2019

menus-2019.jpg

Ma PAL

Pour cette année, j’ai été très optimiste !

Automne frissonnant

Tu n’en reviendras pas 

Les os/eaux de Davy Jones

  • La mer à l’envers de Marie Darrieussecq

Les freaks, c’est chic !

  • Frankestein de Mary Shelley
Autonome enchanteur

Down by the salley gardens

  • Autant en emporte le vent tome 2 de Margaret Mitchell

Mon voisin le Kodama

  • Violette Hurlevent et le jardin sauvage de Paul Martin et Jean-Baptiste Bourgois

Misty Day

  • Eden de Monica Sabolo

Prenez garde aux souliers pointus

  • La maison d’Emma Becker
Automne Douceur de vivre

Jack-O’-Lantern

L’autre mère

  • Par les routes de Sylvain Prudhomme

Un cinnamon roll et un chaï latte

Automne astral

You’re just the same as I am !

  • Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois

Rêverons-nous de moutons électriques ?

Songe d’une nuit d’automne  

  • Le meilleur de mondes de Aldous Huxley

 

Certains des livres sont dans votre PAL ? Vous avez constitué la vôtre aussi ?

Léa

Aspirine – Joann Sfar

648x360_1er-tome-aspirine-auteur-joann-sfar

Fiche PAC :

Livre : 6/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : Trick or Treat

Résumé  :

Aspirine, étudiante en philosophie à la Sorbonne a la rage, elle ne supporte plus de revivre sans cesse les mêmes épisodes de sa vie pourrie. Et ça fait 300 ans que ça dure car Aspirine est vampire, coincée dans son état d’adolescente de 17 ans. Elle partage un appartement avec sa soeur Josacine, heureuse et sublime jeune femme de 23 ans, qui elle au moins, a eu l’avantage de devenir vampire au bon âge. En perpétuelle crise d’adolescence, elle passe ses nerfs sur son prof, sa soeur et tous les hommes «relous » qui croisent sa route. Assoiffée de sang, elle n’hésite pas à les dévorer (au sens propre) ou les dépecer. C’est même devenu un rituel avec les amants que sa jolie grande soeur collectionne. Malgré tout, elle attise la curiosité d’Ydgor ado attardé, un étudiant de type « no-life » : vaguement gothique, légèrement bigleux et mal peigné… avec comme kiff dans la vie, le fantastique et la légende de Cthulhu… Il rêve de vivre un truc magique, d’un destin exceptionnel et a compris qu’Aspirine est une vampire. Pour acquérir le privilège de pouvoir l’accompagner, il s’engage à garder le secret et à devenir son serviteur… son esclave. Parviendra-t-il à gagner sa confiance voire même son amitié ? Arrivera-t-il à la calmer de ses pulsions mortifères ? Au final, lequel sera le plus enragé des deux ?

Avis :

Comme pour Zombillénium, ce livre n’était pas dans ma PAL pour le Pumpkin Autumn Challenge mais, voyant le dernier jour du challenge que je ne terminerais jamais Le Crime d’Halloween, je me suis lancée dans la lecture de cette bande dessinée que j’avais offerte à ma belle-mère, Julie, qui adore Joann Sfar (notamment Le Chat du rabbin) et à ma soeur, Bianca, à qui je voulais lui faire découvrir cet auteur.

J’ai entendu parler de Joann Star par ma petite soeur, Alice, qui est une fan absolue du dessinateur. La preuve en est que son premier article sur le blog était sur une de ses bandes dessinées. J’adorais  son humour et sa façon de dessiner dans Petit Vampire ou encore dans Sardine de l’espace. D’autant plus que je passais de bons moments à lire avec Alice ses histoires.

Lorsqu’Aspirine est sortie, je savais que c’était une bande dessinée adulte contrairement à celles que j’avais lues jusqu’alors. Cependant, je ne m’attendais pas à des dialogues si crus. Aspirine est totalement déconcertée de vivre dans ce monde et souhaite une seule chose : se suicider. Elle le fait bien comprendre dans sa manière de parler et d’agir. Elle n’hésite pas à parler de façon bien plus que familière. Elle est aussi très déconcertante : elle agit avec son entourage de manière très agressive et négative. J’avoue donc qu’au début j’avais du mal à me laisser plonger dans l’histoire…

Un personnage me plaisait beaucoup : le geek Ydgor, d’une infinie gentillesse… C’est lui qui m’a donné envie de continuer la lecture. Même s’il semble en arrière-plan, il est celui qui fait basculer l’histoire et apporte de la joie dans la vie dépressive d’Aspirine.

Finalement, en finissant la BD, j’étais contente car l’histoire prend une tournure plus gaie et encore plus fantastique. Même si Joann Sfar évoque, en parallèle, des sujets complexes auxquels nous sommes confrontés notamment les agressions dans la rue ou encore la difficulté d’être une jeune fille aujourd’hui, les problèmes qu’on a à s’accepter physiquement, etc.

Enfin, j’ai adoré voir Paris sous cet angle. Notamment quand Aspirine survole la ville, les dessins sont réellement magnifiques… Puis, c’était rigolo de voir ce vampire à La Sorbonne et entendre les professeurs parler de philosophes qu’elle a, elle, rencontré dans son passé.

Pour conclure, j’ai fini par me laisser prendre par l’histoire mais j’ai dû me forcer au début. Si vous aimez Joann Sfar et que vous connaissez, vous allez sûrement adorer ! Mais si, comme moi, vous connaissiez seulement ses BD jeunesse vous risquez d’être surpris ! Cependant, les dessins restent géniaux et le personnage de Ydgor est vraiment super.

Note : ★★★☆☆

Vous avez lu la BD ? Pour le Pumpkin Autumn Challenge ?  Laissez-moi votre réponse en commentaire 🙂

Léa

Zombillénium – Arthur de Pins

1212370855

Fiche PAC :

Livre : 5/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : Trick or Treat

Résumé  :

Au Parc d’attraction Zombillénium, on n’embauche qu’à durée indéterminée. Les critères de sélection ne sont pas trop durs, on refuse juste les simples mortels. Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille cette petite entreprise qui ne connaît pas la crise…

Avis :

Je n’avais pas prévu de lire ce livre pour le Pumpkin Autumn Challenge mais, manquant de temps, je me suis dit que je pourrais m’intéresser au genre de la bande dessinée. Et je ne regrette pas du tout !

Petite, je lisais beaucoup de mangas et un peu de bandes dessinées (j’adorais Lou) mais je n’ai plus eu vraiment envie ces derniers temps. Avec le PAC et le Roman des Etudiants, je devais me dépêcher de finir les lectures alors je cherchais des BD et notamment sur le thème d’Halloween. Devant aller récupérer les romans du RDE à la superbe librairie Les Traversées dans le cinquième arrondissement de Paris, j’ai voulu leur acheter des BD. Ils m’ont alors conseillé d’aller un peu plus loin chez Bulles en Vrac. Olala, cette librairie est une pure merveille. Je suis ressortie avec 3 bandes dessinées… toutes aussi bien conseillées les unes que les autres.

Le libraire m’a conseillé Zombillénium pour le Pumpkin Autumn Challenge. D’autant plus que le tome 4 vient de sortir, je vais donc pouvoir les enchaîner !!!

Je ne suis pas une grande connaisseuse du genre en question mais j’ai adoré les dessins. On sent l’expérience  de l’auteur dans l’animation puisque j’avais plus le sentiment d’être devant un film d’animation que face à une « vraie » BD. J’ai d’ailleurs envie de regarder le film qui porte le même titre et qui a été co-réalisé par l’auteur lui-même.

Ensuite, je me suis retrouvée à plusieurs reprises en train de rire en lisant notamment quand le personnage de Gretchen raconte son passé avec sa référence à Harry Potter. Les personnages sont vraiment drôles, consternés, rebelles et attachants. On les apprécie rapidement avec tous leurs défauts.

Mais il faut aussi rappeler que le concept est juste génial ! Il s’agit quand même d’un parc où se trouve de réels monstres et on fait croire que ce sont de simples mortels déguisés !

Encore plus jouissif pour la juriste que je suis, c’est que ces monstres gèrent une entreprise et sont confrontés à des questions juridiques sur les contrats notamment. Et c’est juste très amusant de retrouver du droit là où on ne s’y attend pas du tout.

Enfin, je ne peux pas dire que j’ai eu un énorme coup de coeur non plus. Je me laisse portée par les dessins, l’histoire, les pages, mais je n’ai pas eu ce petit quelque chose qui fait que je place la BD dans mes lectures préférées. Mais rien n’empêche que j’ai passé un très moment, que je continuerais de lire les prochains tomes et que je souhaite regarder le film !

Note : ★★★☆☆

L’un d’entre vous l’aurait lu ? Et, comme moi, dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge ? Laissez-moi votre réponse en commentaire 🙂

Léa

Harry Potter et les Reliques de la Mort – J.K Rowling

http---cdn.franceloisirs.com-33189-293497-thickbox-harry-potter-tome-7-harry-potter-et-les-reliques-de-la-mort

Fiche PAC :

Livre : 4/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : Pomme au four, tasse de thé et bougie

Résumé  :

Cette année, Harry a dix-sept ans et ne retourne pas à Poudlard. Avec Ron et Hermione, il se consacre à la dernière mission confiée par Dumbledore. Mais le Seigneur des Ténèbres règne en maître. Traqués, les trois fidèles amis sont contraints à la clandestinité. D’épreuves en révélations, le courage, les choix et les sacrifices de Harry seront déterminants dans la lutte contre les forces du Mal.

Avis :

SPOILER !

Comme je l’ai dit dans le précédent post, je suis une grande fan d’Harry Potter et je les relis régulièrement. L’ultime et dernier tome (plus tout à fait avec L’enfant maudit alors disons le dernier roman!), Les Reliques de la Mort, est le plus complexe de la saga et pourtant celui qui permet aussi de saisir toute l’oeuvre de J.K Rowling. En effet, l’ayant lu plus jeune, je n’avais pas vraiment compris. Mais, en le relisant, j’ai eu le sentiment qu’il était un peu « la clef » qui permettait de répondre à l’ensemble des questions qui pouvaient se poser lors des lectures et, en même temps, en poser de nouvelles ! Le conte des trois sorciers (j’ai aussi lu Les Contes de Beeble le Barde commentés par Monsieur Albus Dumbledore en personne hihi) reste mystérieux et j’ai dû me rendre sur des forums, sur le site et le compte Twitter de J.K Rowling pour pouvoir l’interpréter comme il fallait parce que la première fois que je l’ai lu, je m’étais trompée dans la compréhension du conte.

C’est aussi grâce à ce tome que Severus Rogue est devenu un de mes personnages préférés et c’est un retournement de situation que J.K Rowling a su très bien ficeler. Ce personnage est le plus intéressant, le plus complexe, le plus loyal et le plus courageux de la saga. Je le préfère même à Dumbledore… Je comprends les choix qu’a du faire le directeur de Poudlard concernant Harry Potter mais il a, au début, selon moi, manqué d’humanité et a vu dans Celui qui a survécu une cause bien plus que grande que sa seule protection. C’est ce que j’aime chez J.K Rowling, les personnages ne sont pas manichéens, ce n’est ni blanc ni noir. Il y a de la noirceur même chez le plus grand des mages. D’ailleurs, toute l’histoire racontée par la journaliste Rita Skeeter (qui est à nuancer) ainsi que par le frère, Abelforth Dumbledore (que j’ai beaucoup aimé car malgré ses paroles pessimistes, il agi avec témérité et loyauté), est passionnante ! Elle permet de relativiser face à ce grand sorcier et il me tarde de voir les Animaux Fantastiques 2, Les Crimes de Grindewald pour en savoir davantage sur sa jeunesse et son grand combat avec le premier mage noir!

Cependant, il est un des tomes les plus tristes… Les morts s’enchaînent. C’est encore un point que j’apprécie chez J.K Rowling, elle nous fait grandir en nous confrontant à des questions essentielles telles que la perte d’un être cher et le deuil qui s’en suit. Ce n’est pas tout, elle met en avant aussi des personnages qui ont eux-mêmes grandi et nous montre le chemin à prendre. C’est le cas de Neville Londubat que j’ai adoré voir prendre confiance en lui.

Je remercie l’actrice d’avoir créer un monde aussi magique et passionnant que celui d’Harry Potter, même si je n’ai pu m’empêcher d’avoir un pincement au coeur en posant le livre après ma lecture car c’est le dernier roman… Heureusement, le monde fantastique ne finit pas encore et j’espère un jour qu’il y aura des spin-off d’autres personnages…! Et surtout d’autres livres !!!!!

Note : ★★★★★ sans grande surprise ! 😉

Et vous que pensez-vous du dernier roman de la saga ? Dites-moi tout en commentaire !

Léa

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé – J.K Rowling

http---img.livraddict.com-covers-184-184312-couv18969715

Fiche PAC :

Livre : 3/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : Pomme au four, tasse de thé et bougie

Résumé  :

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ?

Avis :

SPOILER !

Si vous avez déjà lu un petit peu mon blog, vous savez que je suis incontestablement une Potterhead. J’ai déjà lu et vu tous les Harry Potter mais très souvent je me refais la saga et notamment quand j’ai une panne livresque. Cet été j’ai commencé à relire les Harry Potter et lorsque le Pumpkin Autumn Challenge a commencé il me restait les deux derniers livres. J’ai donc décidé de les faire entrer dans la sous-catégorie Pomme au four, tasse de thé et bougie du menu Automne Douceur de Vivre.

Ce qui est bien quand je relis les livres c’est qu’après chaque bouquin, je regarde le film avec mon copain. Il faut souligner que cette année, il a attendu patiemment chacune de mes lectures pour qu’on puisse bien le voir ensemble. Alors, merci mon Thomas ! ♥

J’aime tous les romans d’Harry Potter car j’ai grandi avec eux et ils répondaient à chacune des périodes de mon enfance et adolescence. Le Prince de Sang-Mêlé est un des plus noirs… Déjà pour la mort de Dumbledore mais aussi la quête des Horcruxes qui commence… Cependant, c’est un des tomes où j’ai le plus ri avec Horace Slughorn et ses petits dîners, Lavande Brown et les surnoms mielleux qu’elle donne à Ron ou encore le passage où Ron est totalement empoisonné et devient amoureux de Romilda Vane ou quand Harry Potter boit le Felix Felicis et se rend à l’enterrement d’Aragog. Bref, c’est un de celui où les émotions sont les plus changeantes.

Il fait parti de ceux qu’il est indispensable de lire car il délivre des éléments essentiels pour comprendre l’ensemble de la saga et si on se contente des films, tout n’est pas entièrement clair. Notamment l’histoire de Tom Elvis Jedusor. En effet, grâce à la pensine et les rendez-vous fréquents avec Albus Dumbledore, on en connaît plus sur Voldemort. Ce sont des passages très intéressants notamment sur les origines de ses parents. J’espère qu’un jour un film officiel sorte car il y aurait beaucoup de matière ! Je n’ai d’ailleurs pas vu le film qui a été fait par des fans, l’avez-vous vu ?

Comme toujours, J.K Rowling ne me déçoit jamais et s’adapte à tous les âges. Le sixième tome devient beaucoup plus adulte et complexe.

En conclusion, il faut absolument le lire si vous avez vu les films mais pas tout compris et on peut le relire autant de fois qu’on veut, on ne s’en lasse jamais!!!!

Note : ★★★★★ évidemment 😉

Avez-vous lu ce tome ? Ou vu le film ? Êtes-vous fan d’HP ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Léa

Le Soleil des Scorta – Laurent Gaudé

61g4RICjn7L

Fiche PAC :

Livre : 2/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : La feuille d’automne emportée par le vent, en rondes monotones, tombant, tourbillonnant.

Résumé  :

Parce qu’un viol a fondé leur lignée, les Scorta sont nés dans l’opprobre. A Montepuccio, leur petit village d’Italie du sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait voeu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu’ils appellent « l’argent de New York », leur richesse est aussi immatérielle qu’une expérience,. un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela — dont la voix se noue ici à la chronique objective des événements — confie à son contemporain, l’ancien curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer.

Avis :

Un véritable coup de coeur.

La découverte d’un écrivain que je ne suis pas prête de lâcher.

Un profond amour pour ce roman.

Je pense que mes mots ont été clairs (on ne peut mieux exprimer mon exaltation face à cette lecture) mais j’aimerais davantage développer tout de même.

Je ne connaissais que très peu Laurent Gaudé. Pour tout vous dire, j’ai découvert son existence lorsque mon frère a passé son bac de français. Après son examen, il nous dit que cela ne s’est pas très bien passé et qu’en plus personne ne connaissait cet auteur, un certain Laurent Gaudé. J’avoue que je ne connaissais pas non plus… Mes parents ont alors été réellement choqués : « Non mais quoi ? On a tous ses bouquins ! Venez voir dans la bibliothèque ». Effectivement, j’avais vécu avec tous les Laurent Gaudé sans même le savoir. Pour autant, je n’ai pas souhaité en lire tout de suite.

Cette année, lors du marathon des mots (je vous en ai parlé ici) à Toulouse, Laurent Gaudé était un des invités et faisait plusieurs manifestations dont une lecture du Soleil des Scorta. J’ai sauté sur l’occasion pour proposer à une copine qui est la fan n°1 de cet auteur de m’accompagner. Elle était ravie. Nous avons donc été au point de rendez-vous : la médiathèque de Colomiers. C’était un moment très poétique. Pour la première fois de ma vie, j’entendais un auteur lire son roman.

Don Giorgio nous a menés jusqu’au port et nous avons embarqué sur un de ces paquebots construits pour emmener les crève-la-faim d’un point à un autre du globe, dans de grands soupirs de fioul. Nous avons pris place sur le pont au milieu de nos semblables. Miséreux d’Europe au regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés. Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n’avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. Comme tous les autres, nous avons pleuré lorsque l’immense bateau a quitté la baie de Naples. « La vie commence« , a murmuré Domenico.

Carmela Scorta à Don Salvatore, Partie III, Le Retour des Miséreux 

Le moment était unique et très beau. Il choisi le chapitre où les enfants Scorta vont en Amérique. Lorsqu’il s’est arrêté de lire, j’ai de suite voulu savoir la suite. Je me suis alors, évidemment, achetée Le Soleil des Scorta (qui a gagné le Prix Goncourt).

Ayant plusieurs lectures en cours, je n’ai pas trouvé le temps de continuer cette magnifique lecture. Mais j’ai profité du Pumpkin Autumn Challenge pour le lire car sa couverture a des couleurs automnales. Je n regrette rien. Je crois même que c’est devenu un de mes romans préférés.

Le fil conducteur de l’histoire est le poids de l’héritage : financier et moral. L’importance de faire partie d’une famille et comment cette importance prend le dessus. Laurent Gaudé nous parle de cette famille qui s’est construite sur un malentendu. Une famille qui finalement n’aurait pas dû exister. Et pourtant, c’est ça qui fait leur force. Je me suis profondément attachée à la fille : Carmela Scorta. Elle est celle qui fait tenir cette lignée.

Laurent Gaudé utilise des mots italiens et nous fait voyager. Il parle des plats, des paysages, des odeurs. On se croirait vraiment avec eux. A tel point que par moment, j’avais le sentiment de faire partie, moi aussi, de cette famille.

En conclusion, je vous conseille fortement de le lire, je doute que vous soyez déçus. Vous aimerez et détesterez cette famille mais vous ne voudriez plus jamais la quitter. Je pense que Laurent Gaudé deviendra l’un de mes auteurs fétiches. Dès que j’aurais fini le PAC et le Roman des étudiants, je lirais un autre de ses romans.

Note : ★★★★★ x 1000

Vous l’avez lu et vous avez été aussi bouleversé que moi ? Ou alors il ne vous a pas fait cet effet ? Vous êtes tenté ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire 😉

Léa