Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé – J.K Rowling

http---img.livraddict.com-covers-184-184312-couv18969715

Fiche PAC :

Livre : 3/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : Pomme au four, tasse de thé et bougie

Résumé  :

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ?

Avis :

SPOILER !

Si vous avez déjà lu un petit peu mon blog, vous savez que je suis incontestablement une Potterhead. J’ai déjà lu et vu tous les Harry Potter mais très souvent je me refais la saga et notamment quand j’ai une panne livresque. Cet été j’ai commencé à relire les Harry Potter et lorsque le Pumpkin Autumn Challenge a commencé il me restait les deux derniers livres. J’ai donc décidé de les faire entrer dans la sous-catégorie Pomme au four, tasse de thé et bougie du menu Automne Douceur de Vivre.

Ce qui est bien quand je relis les livres c’est qu’après chaque bouquin, je regarde le film avec mon copain. Il faut souligner que cette année, il a attendu patiemment chacune de mes lectures pour qu’on puisse bien le voir ensemble. Alors, merci mon Thomas ! ♥

J’aime tous les romans d’Harry Potter car j’ai grandi avec eux et ils répondaient à chacune des périodes de mon enfance et adolescence. Le Prince de Sang-Mêlé est un des plus noirs… Déjà pour la mort de Dumbledore mais aussi la quête des Horcruxes qui commence… Cependant, c’est un des tomes où j’ai le plus ri avec Horace Slughorn et ses petits dîners, Lavande Brown et les surnoms mielleux qu’elle donne à Ron ou encore le passage où Ron est totalement empoisonné et devient amoureux de Romilda Vane ou quand Harry Potter boit le Felix Felicis et se rend à l’enterrement d’Aragog. Bref, c’est un de celui où les émotions sont les plus changeantes.

Il fait parti de ceux qu’il est indispensable de lire car il délivre des éléments essentiels pour comprendre l’ensemble de la saga et si on se contente des films, tout n’est pas entièrement clair. Notamment l’histoire de Tom Elvis Jedusor. En effet, grâce à la pensine et les rendez-vous fréquents avec Albus Dumbledore, on en connaît plus sur Voldemort. Ce sont des passages très intéressants notamment sur les origines de ses parents. J’espère qu’un jour un film officiel sorte car il y aurait beaucoup de matière ! Je n’ai d’ailleurs pas vu le film qui a été fait par des fans, l’avez-vous vu ?

Comme toujours, J.K Rowling ne me déçoit jamais et s’adapte à tous les âges. Le sixième tome devient beaucoup plus adulte et complexe.

En conclusion, il faut absolument le lire si vous avez vu les films mais pas tout compris et on peut le relire autant de fois qu’on veut, on ne s’en lasse jamais!!!!

Note : ★★★★★ évidemment 😉

Avez-vous lu ce tome ? Ou vu le film ? Êtes-vous fan d’HP ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Léa

Le Soleil des Scorta – Laurent Gaudé

61g4RICjn7L

Fiche PAC :

Livre : 2/6

Menu : Automne Douceur de Vivre

Catégorie : La feuille d’automne emportée par le vent, en rondes monotones, tombant, tourbillonnant.

Résumé  :

Parce qu’un viol a fondé leur lignée, les Scorta sont nés dans l’opprobre. A Montepuccio, leur petit village d’Italie du sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait voeu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu’ils appellent « l’argent de New York », leur richesse est aussi immatérielle qu’une expérience,. un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela — dont la voix se noue ici à la chronique objective des événements — confie à son contemporain, l’ancien curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer.

Avis :

Un véritable coup de coeur.

La découverte d’un écrivain que je ne suis pas prête de lâcher.

Un profond amour pour ce roman.

Je pense que mes mots ont été clairs (on ne peut mieux exprimer mon exaltation face à cette lecture) mais j’aimerais davantage développer tout de même.

Je ne connaissais que très peu Laurent Gaudé. Pour tout vous dire, j’ai découvert son existence lorsque mon frère a passé son bac de français. Après son examen, il nous dit que cela ne s’est pas très bien passé et qu’en plus personne ne connaissait cet auteur, un certain Laurent Gaudé. J’avoue que je ne connaissais pas non plus… Mes parents ont alors été réellement choqués : « Non mais quoi ? On a tous ses bouquins ! Venez voir dans la bibliothèque ». Effectivement, j’avais vécu avec tous les Laurent Gaudé sans même le savoir. Pour autant, je n’ai pas souhaité en lire tout de suite.

Cette année, lors du marathon des mots (je vous en ai parlé ici) à Toulouse, Laurent Gaudé était un des invités et faisait plusieurs manifestations dont une lecture du Soleil des Scorta. J’ai sauté sur l’occasion pour proposer à une copine qui est la fan n°1 de cet auteur de m’accompagner. Elle était ravie. Nous avons donc été au point de rendez-vous : la médiathèque de Colomiers. C’était un moment très poétique. Pour la première fois de ma vie, j’entendais un auteur lire son roman.

Don Giorgio nous a menés jusqu’au port et nous avons embarqué sur un de ces paquebots construits pour emmener les crève-la-faim d’un point à un autre du globe, dans de grands soupirs de fioul. Nous avons pris place sur le pont au milieu de nos semblables. Miséreux d’Europe au regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés. Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n’avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. Comme tous les autres, nous avons pleuré lorsque l’immense bateau a quitté la baie de Naples. « La vie commence« , a murmuré Domenico.

Carmela Scorta à Don Salvatore, Partie III, Le Retour des Miséreux 

Le moment était unique et très beau. Il choisi le chapitre où les enfants Scorta vont en Amérique. Lorsqu’il s’est arrêté de lire, j’ai de suite voulu savoir la suite. Je me suis alors, évidemment, achetée Le Soleil des Scorta (qui a gagné le Prix Goncourt).

Ayant plusieurs lectures en cours, je n’ai pas trouvé le temps de continuer cette magnifique lecture. Mais j’ai profité du Pumpkin Autumn Challenge pour le lire car sa couverture a des couleurs automnales. Je n regrette rien. Je crois même que c’est devenu un de mes romans préférés.

Le fil conducteur de l’histoire est le poids de l’héritage : financier et moral. L’importance de faire partie d’une famille et comment cette importance prend le dessus. Laurent Gaudé nous parle de cette famille qui s’est construite sur un malentendu. Une famille qui finalement n’aurait pas dû exister. Et pourtant, c’est ça qui fait leur force. Je me suis profondément attachée à la fille : Carmela Scorta. Elle est celle qui fait tenir cette lignée.

Laurent Gaudé utilise des mots italiens et nous fait voyager. Il parle des plats, des paysages, des odeurs. On se croirait vraiment avec eux. A tel point que par moment, j’avais le sentiment de faire partie, moi aussi, de cette famille.

En conclusion, je vous conseille fortement de le lire, je doute que vous soyez déçus. Vous aimerez et détesterez cette famille mais vous ne voudriez plus jamais la quitter. Je pense que Laurent Gaudé deviendra l’un de mes auteurs fétiches. Dès que j’aurais fini le PAC et le Roman des étudiants, je lirais un autre de ses romans.

Note : ★★★★★ x 1000

Vous l’avez lu et vous avez été aussi bouleversé que moi ? Ou alors il ne vous a pas fait cet effet ? Vous êtes tenté ? N’hésitez pas à me le dire en commentaire 😉

Léa

Petit Vampire – Joann Sfar

 

42328998_474917523005671_73870963590037504_n

Aujourd’hui, c’est un peu spécial. Ma petite soeur de neuf ans, Alice, est tout aussi passionnée de littérature que moi. Quand je lui ai parlé de mon aventure dans la blogosphère, elle a tout de suite voulu en faire partie. Je vais donc lui consacrer une partie où elle pourra parler de ses livres préférés : la bibliothèque d’Alice. Je vous laisse découvrir sa première chronique… 🙂

Résumé :

Avoir dix ans éternellement, c’est vraiment dément!!! Sauf qu’en vivant enfermé dans une grande villa, même entouré d’une joyeuse bande de monstres, de pirates et de morts-vivants, au bout de trois cents ans, on commence à s’ennuyer ! Petit Vampire rêve de découvrir le monde. Mais quand il décide de partir explorer la ville, d’obscures forces se réveillent…

Mon avis :

J’ai toujours aimé les dessins de Joann SFAR. Alors, quand je suis tombée sur ce livre par hasard en me promenant dans une librairie toulousaine, la librairie Milan, j’ai tout de suite voulu l’acheter. Je l’ai beaucoup aimé parce que ça racontait l’histoire de Petit Vampire et que quand je regardais les dessins animés de Petit Vampire avant, je ne connaissais pas réellement son histoire. En lisant la bande dessinée, j’ai pu enfin comprendre comment il est devenu un vampire car avant il était un humain.

En plus, c’était très bien dessiné et j’ai voulu les dessiner moi aussi dans mon petit carnet.

Je conseille ce livre à tout le monde car il est vraiment chouette et rigolo.

Note : ★★★★★

Capture d_écran 2018-09-23 à 19.38.00