Premières lignes #3

Bonjour tout le monde ! Comment allez-vous ? Vous avez passé une bonne semaine ?

Pour le rendez-vous hebdomadaire Premières lignes, je souhaitais vous partager quelque chose de différent. J’ai deux anthologies de poèmes chez moi et j’aime souvent lire un poème par-ci et un autre poème par-là toujours dans le désordre. Aujourd’hui, dans l’une d’elles (Poèmes à apprendre par coeur), je suis tombée sur une fable de La Fontaine que j’apprécie énormément et que vous devez sûrement connaître : Le loup et l’agneau.

PL_Jean_de_La_Fontaine_Bajki_1876_page107

Je l’ai étudiée en première année de prépa et c’est, avec cette fable, que j’ai découvert la puissance et le génie de La Fontaine, les parfaites sonorités et les significations cachées. Elle a été une telle révélation pour moi que je souhaitais vous la faire relire.

Bonne lecture et belle semaine,

Léa

Le loup et l’agneau

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
Sire, répond l’Agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle ;
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
Reprit l’Agneau ; je tette encor ma mère
Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
Je n’en ai point. C’est donc quelqu’un des tiens:
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos Bergers et vos Chiens.
On me l’a dit : il faut que je me venge. »
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l’emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Jean de la Fontaine, Les Fables

11 réflexions au sujet de “Premières lignes #3”

      1. Ça me semble jouab’.
        Pour le loup, j’aurai l’embarras du choix, de Pierre et Loulou de PROKOFIEV à la scène de la gorge aux Loups du Freischütz de WEBER.
        Pour l’agneau, je ne sais pas encore, mais je trouverai (ne fût-ce qu’en cherchant du côté de l’agneau pascal).
        Allez, zou, j’ouvre ce billet (mais je ne sais pas quand je le publierai…)
        Bonne soirée, Léa !

        Aimé par 1 personne

  1. Bonsoir Léa.
    C’est bien loin pour moi, Lafontaine 😉
    Le loup et l’agneau, plus qu’une morale, j’y vois un constat sans appel, « la raison du plus fort »…. Une dénonciation du pouvoir et de la justice sous Louis XIV. La mauvaise foi du loup, la naïveté ( et la douceur) de l’agneau…
    Voilà, j’ai relu. Ai-je bon ? 🤔 ( pas bien compris quelle était la question)
    Toute belle soirée à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Lorsque j’étais en prépa, ça me semblait déjà loin aussi La Fontaine mais je crois qu’il faut régulièrement les lire car plus on grandit et plus on on apprend de nouvelles choses, on tombe sur des morales que l’on n’avait pas vues, des sonorités qui nous avaient échappées…
      Je pense pas qu’il n’y ait qu’une seule façon de l’interpréter mais, j’y vois les mêmes choses que toi. Merci d’avoir pris le temps 😘
      Très belle soirée ❣

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s