La jeune fille à la perle – Tracy Chevalier

image1

Résumé :

La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.

Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. À mesure que s’affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville…

Mon avis :

Connaissant le tableau de Vermeer, la couverture m’a tout de suite attirée lorsque je me baladais dans une librairie. J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait de la véritable histoire du modèle peint puis en me renseignant, j’ai appris que c’était un récit inventé de toutes pièces par l’autrice. Elle a toujours admiré les tableaux du peintre et cherché à savoir la réalité mais, n’ayant pas de réponse, elle a créé sa vérité pour notre plus grand bonheur !

Nous suivons donc le parcours de Griet qui, venant d’une famille pauvre, doit travailler comme servante et notamment faire le ménage dans l’atelier du peintre Vermeer. Le roman est divisé en quatre chapitres, 1664, 1665, 1666 et 1676, les trois premiers correspondent aux trois années de travail chez le peintre. Le dernier chapitre, se place dix ans plus tard.

Je ne peux pas dire m’être attachée à Griet car elle est très froide avec son entourage et ses employeurs, sauf avec Vermeer qu’elle admire énormément. En effet, dès les premières pages et lors de la rencontre avec la famille, elle met une gifle à une des filles de la maison, certes une enfant insupportable, mais ce geste était inattendu et ne m’a pas permis de totalement aimer Griet. Cependant, elle pose un regard juste et artistique sur ce qui l’entoure qui nous oblige à aguerrir notre propre oeil. Après cette lecture, j’ai eu le sentiment de m’attarder davantage sur les choses du quotidien, la nature et la beauté.

L’histoire a comme fil conducteur la peinture du portrait de Griet et, comme elle n’est que servante au début du livre, il faudra deux ans pour s’acclimater à cette famille, à répondre aux exigences du peintre, à essayer de le comprendre et qu’un riche de la région demande une peinture de cette jeune fille qui porte un turban pour qu’il se lance !  Les rapports entre le peintre et le modèle vont conduire à la perte de Griet mais aussi à sa prospérité. Il s’agit à la fois d’une décadence et d’un passage obligatoire pour s’affirmer.

La romancière écrit particulièrement bien car le roman est court mais tous les éléments importants sont bien exploités comme la perle qui est l’élément essentiel du roman et qui viendra cristalliser les passions et les haines. Les personnages sont très bien construits. J’ai notamment beaucoup apprécié Maria Thins, la belle-mère du peintre, qui est une femme forte, intelligente, dure, juste et terriblement perspicace.

Il s’agit donc d’un très bon roman que je conseille à tous ceux qui rêve de savoir ce qui a été imaginé par l’autrice…

Note : ★★★★☆

Connaissez-vous ce tableau ? Avez-vous lu le livre ou vu le film ? 🙂

Léa

9 réflexions au sujet de “La jeune fille à la perle – Tracy Chevalier”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s