La morte amoureuse – Théophile Gautier

p4lsfeyv_qwHs0RfKu-ZCYDnuXE

Résumé :

Le vieux Romuald raconte à son public les faits étranges qui ont suivi son ordination. Alors jeune prêtre d’une cure de campagne, il vit une expérience troublante : le jour il est homme d’église, la nuit il est un riche seigneur de Venise. Cette existence bicéphale prend sa source avec la rencontre de Clarimonde, une courtisane sur laquelle courrent les plus sordides rumeurs.

Mon avis :

J’ai lu cette nouvelle totalement par hasard car un ami m’a envoyé un fichier PDF anonyme en me disant de lire. J’ai tout d’abord cru que c’était lui qui avait écrit un texte et voulait que je lise. Il m’a répondu qu’il fallait simplement que je continue à lire sans me poser de questions :).

J’ai commencé à lire et je n’ai pas pu m’arrêter. L’écriture m’a littéralement emportée. C’était très poétique et cela me rappelait les nouvelles fantastiques je lisais au collège comme La Vénus d’Ille de Prosper Mérimée qui m’a profondément marquée. L’auteur sait très bien mêlé fiction et réalité et nous plonge dans le désespoir de Romuald qui ne sait pas si ce qu’il vit est réel ou si c’est simplement une hallucination. Il est totalement tiraillé dans cette vie bicéphale et, même en très peu de pages, l’auteur arrive à nous faire  ressentir cette dualité en lui.

Je lis très rarement de nouvelles mais ce genre m’a toujours plu et là, je suis convaincue que je dois continuer à en lire !

A la fin de la lecture, je me suis allée rechercher l’auteur sur Internet et je me suis aperçue qu’il s’agissait de Théophile Gautier et que je n’avais jamais lu un seul des ses ouvrages…. Mais, je ne suis pas prête d’arrêter ! J’ai enchaîné sur Le pied de la momie trouvée en PDF sur Google. Même si je ne suis pas adepte de la lecture sur écran, ici ce n’était pas dérangeant car l’oeuvre est tellement prenante et courte qu’on ne se pose plus la question. Vous l’aurez compris, c’est un coup de coeur.

Note : ★★★★★

Vous l’avez lu ? Vous aimez les nouvelles fantastiques ? Dites-moi tout en commentaire 🙂

Léa